Société Algérienne
de Dermatologie Pédiatrique
Le Marathon de Paris du Prof. Bouadjar
La Dermatologie au service de l'enfant ...
Copyright 2006-2007  A.B. Tous Droits Réservés.
ACCUEIL            FORUM            CONTACTS            CONGRES-MEETINGS            LIENS
Chers tous,
Il y a un peu plus de 3 mois , un ami m'informe qu'un semi va être organisé par le BAC au départ de Bouchaoui . J'y vais tôt le matin . Le groupe du BAC arrive avec ses dossards . Je me joins aux coureurs pour faire le parcours Bouchaoui-stade du 5 juillet et retour , soit près de 20 km. Je termine trés difficilement en 1.45 . Durant la course , je découvre surtout ce qu'est l'ambiance d'un club et la performance de beaucoup de coureurs de mon âge . Etant déjà inscrit au marathon de Paris, je me suis dit que mon seul espoir de faire ce marathon et le terminer en un temps raisonnable serait de m'inscrire au BAC . Chose faite . Les premières semaines furent dures , le niveau étant assez élevé dans le groupe . Deux mois après , les quelques progrès réalisés m'autorisèrent à faire part au groupe de mon inscription au marathon de Paris. Je passe sur les dernières semaines de préparation avant Paris : plans d'entraînement : lesquels choisir entre ceux de Nacer , notre DTN , de Jogging international, de nos ami(e)s coureurs déjà maratoniens ? alimentation : pâtes , puis pâtes et repâtes ... , , angoisses lors de la survenue de quelques blesures pourtant sans gravité , passages chez le kiné . Arrive enfin le départ à Paris . On se rencontre , farid, mohamed, djelloul et moi au parc d'exposition où se fait le retrait des dossards. Un des derniers plats de pâtes , chez Bébert à Montparnasse , autour d'un ... couscous . Samedi matin , course du petit déjeuner en groupe , histoire de se familiariser avec le parcours et de rire en levant les bras , avec mohamed , lors de notre passage sur la ligne d'arrivée de demain en haut de l'avenue Foch !! Quelques photos et on se dit à demain dimanche pour le jour J. Le sommeil sera perturbé . Normal , on le savait , mais semble t-il sans conséquence sur la ... performance !! Ceci pour nous rassurer peut-être ! Le lendemain je rencontre Farid qui , comme moi, n'a pu rencontrer les copains au lieu fixé la veille . Nous nous placons dans le dernier sas de 4.30. Après l'annonce du départ , nous mettrons plus de 12 mn pour franchir la ligne de départ. Le nombre de coureurs était impressionnant : plus de 28000 au départ. On se perd rapidement Farid et moi pour se retrouver un peu avant le semi. On fait un peu de chemin ensemble pour se reperdre après un ravitaillement. Je n'en ai d'ailleurs râté aucun . Je me suis même arrêté aux différentes tables pour m'asperger d'eau et me suis exposé à tous les tuyaux d'arrosage sur le parcours . Il faisait près de 27°. Vers le 12è km, une douleur au mollet gauche ( que j'attendais d'ailleurs) m'obligea à ralentir sur 3 km mais heureusement sans conséquence . Vers le 35è km, je retrouvais djelloul . Nous ferons près de 2 km ensemble , mais il semblait trés handicapé par une blessure à la cuisse qui s'était réveillée . Curieux , je n'ai pas rencontré le fameux mur du 30-35è km . J'ai peut-être bien géré sur le premier semi !! A partir du 40è km , j'avais des douleurs partout dans les jambes . Les ambulances n'arrêtaient pas de ramasser des coureurs ; beaucoup marchaient péniblement ou s'arrêtaient . Je me suis dit , il vaux mieux ralentir et arriver un peu plus tard sur le temps de 4.00 - 4.30 prévu que d'arriver plus tôt et transporté . A ce moment, tous les moments de sacrifice consentis durant les mois prédédents repassèrent devant mes yeux ( lever tôt dans le froid , entraînement parfois sous la pluie et dans la boue de Bouchaoui , sorties longues épuisantes , séances dures de fractionné , famille et boulot parfois délaissés , sorties lors de mes déplacements professionnels pour respecter les plans d'entraînement , régimes hypocaloriques frisant l'obsession ... ) . Ceci me donna un regain d'énergie pour terminer . 4.28 mn : j'étais dans les temps prévus . Je ne me sentais pas vraiment abimé et pensais déjà au prochain marathon. Mais quand j'ai vu ma tranche sur la ligne d'arrivée lors de la réception de mes photos maindru , j'avais vite changé d'avis. Le meilleur fut ensuite à venir : moments inoubliables de décompression avec restos ( pour notre groupe de 4 ) durant les 3 jours qui ont suivi la course : cuisines chilienne, japonaise, marocaine et indienne ainsi que quelques films récents. Ce furent des moments agréables . Nous nous sommes mieux découverts et appréciés. 1er marathon : une leçon d'humilité devant le distance et de respect pour tous ceux qui l'ont fait. Au prochain Merci mes amis pour avoir eu la patience de me lire. Merci surtout à toi Saida pour ton soutien et tes conseils. Merci à ma nouvelle famille des gnous.

Hamid Bouadjar